Mot du jour : étranger

Written by le contrôleur on January 7th, 2010

Il y a cinquante ans, Albert Camus disparaissait, victime d’un accident de voiture. Cet écrivain français, philosophe et auteur de pièces de théâtre, a écrit des ouvrages qui ont fait le tour du monde, comme “La Peste” ou “L’Étranger”. La modernité de son œuvre lui a valu de recevoir, en 1947, le prix Nobel de littérature, alors qu’il était seulement âgé de 44 ans.

camusen1957

Albert Camus, en 1957, à qui l’Académie suédoise vient d’attribuer le prix Nobel de littérature. (©Photo AFP)

D’où ça vient ?

Le terme étranger vient du mot étrange, qui est issu du latin extraneus, dont la signification est extérieur. Un étranger, c’est une personne qui est d’un autre pays. C’est aussi un individu qui ne fait pas partie d’un groupe ou d’un milieu. En Afrique, on appelle « étranger » l’invité de passage que l’on se doit d’accueillir dans sa maison quelques jours. Enfin, L’Étranger, c’est le titre du premier roman d’Albert Camus. Publié en 1942, ce livre a été vendu à plus de sept millions d’exemplaires à travers le monde.

Que dit l’@ctu ?

C’est presque sûr, tu croiseras Albert Camus sur le chemin de tes études ! Cet auteur célèbre est étudié au lycée, parfois même au collège. Ses livres les plus connus sont L’Étranger et La Peste. De l’Italie au Japon, il est aussi un des écrivains français les plus étudiés et lus. Aujourd’hui, on célèbre, dans toute la France, le cinquantième anniversaire de sa disparition.

Albert Camus naît en Algérie, le 7 novembre 1913. Il est issu d’un milieu très pauvre. Son père est tué à la guerre en 1914. Sa mère est femme de ménage, et ne sait ni lire, ni écrire. Très vite, il est repéré par son instituteur qui l’aidera à poursuivre ses études. Il choisira la philosophie, qu’il enseignera. En 1942, installé à Paris, il rejoint Combat, un journal clandestin de la Résistance. La même année, il publie son premier roman, L’Étranger« L’histoire d’un homme qui, sans aucune attitude héroïque, accepte de mourir pour la vérité ».

Une vérité que notre auteur chérissait. Il disait d’elle qu’elle était à construire comme l’amour ou l’intelligence. Une façon de penser la vie, à la fois avec le cœur et l’esprit. Ce qui rendait ses livres et ses romans d’autant plus accessibles. Un humanisme qui lui valu de recevoir, en 1947, le prix Nobel de littérature, alors qu’il était seulement âgé de 44 ans. Il disparaîtra, trois ans plus tard, le 4 janvier 1947, dans un accident de voiture.

Le président de la République a récemment proposé de transférer les cendres de l’écrivain français au Panthéon, à Paris, près de celles de Victor Hugo, de Marie Curie ou d’Émile Zola. Car ce monument national est le lieu où sont déposés les restes des hommes et des femmes qui représentent la France.lourmarinbis

Une proposition qui a suscité de nombreuses oppositions. En effet, beaucoup pensent que la place d’Albert Camus – qui n’aimait pas les honneurs – est au cimetière de Lourmarin, dans le Vaucluse.

À l’endroit où il repose, tout près de la Méditerranée.

L’absurde, c’est la raison lucide qui constate ses limites.

signature

 

1 Comments so far ↓

  1. C Moir says:

    what was on the attachment of the email you sent me earlier because it didn’t work on my computer?

Leave a Comment